Ma page facebook
Ma page facebook
Facebook
Facebook
Ste complet "chemtrails"
Ste complet "chemtrails"

L'obsolescence programmée

Un film-documentaire sur un mécanisme qui est à la base notre société de consommation depuis les années 1920, ici dans le monde occidental, m’a beaucoup interpellée. Il s’agit de « l’obsolescence programmée ». On entend, par « obsolescence », une volonté de la part du consommateur de posséder un bien un peu plus neuf, un peu plus tôt que nécessaire.


Ainsi, dans le but de stimuler la croissance économique, les fabricants ont compris qu’ils devaient raccourcir la durée de vie des produits, faisant croître la demande du consommateur.

À Livermore, en Californie, un objet sort du lot de ceux créés par les ingénieurs de manière à être volontairement fragiles. Conçue par Adolphe Chaillet, il s’agit en fait de la plus ancienne ampoule du monde, qui brille sans interruption depuis 1901. Comment alors expliquer que les nôtres doivent être remplacées si rapidement ? En remontant un peu dans l’histoire, nous apprenons que les ampoules de Thomas Edison allaient jusqu’à durer 1500 heures. Et puis, à l’aide d’enquêtes, nous constatons que les employés d’un groupe d’intérêt dont le but était de contrôler la production d’ampoules incandescentes dans tous les pays pénalisaient leurs employés lorsqu’ils produisaient des ampoules durant plus de 1500 heures.

 

 En 1940, le but est atteint : les ampoules ne peuvent briller au-delà de 1000 heures.

Les bas de Nylon y sont passés, eux aussi. Dans les années 1950, porter des jupes et des robes était bien à la mode, et les femmes étaient ravies d’avoir des bas résistants pour compléter leurs tenues. Le problème ? Les fabricants en vendaient moins. On a donc travaillé pour progressivement concevoir des fibres plus fragiles.

Encore aujourd’hui, la technologie est destinée à tomber en panne. Pensez à votre imprimante, qui, après un certain nombre de feuilles, cesse tout simplement de fonctionner. Ou encore, pensez à votre Ipod de chez Apple qui rend soudainement l’âme… et repensez-y lorsque vous demandez qu’on vous change la pile, et qu’on vous répond qu’il vaut simplement mieux s’acheter un nouveau Ipod.


L’obsolescence programmée engendre plusieurs conséquences néfastes. Entre autres, des flots de déchets électroniques sont constamment expédiés dans les pays du tiers-monde, comme au Ghana, en Afrique, et nous ne savons plus où les stocker. Certains de ces déchets sont tout à fait réparables, mais 80 % d’entre eux ne le sont pas. Le problème, c’est que notre planète ne pourra supporter cela indéfiniment, car ses ressources ne sont pas inépuisables. « Celui qui croit qu’une croissance infinie est compatible avec une planète finie est soit un fou, soit un économiste. Le drame, c’est qu’au fond, nous sommes tous des économistes, maintenant ! », Pense Serge Latouche, professeur Émérite d’économie à l’Université de Paris.


Bien entendu, il faut se responsabiliser dans ce processus, car n’oublions pas que personne ne nous oblige à se rendre dans un magasin pour y acheter un produit. Il s’agit d’un choix.

Imaginez toutefois si, du jour au lendemain, l’obsolescence programmée n’était plus à la base de notre économie. Cela voudrait dire que l’on verrait disparaître les centres d’achats, faisant perdre, du coup, les postes des commerçants. Un minimum de produits voudrait également dire pas de designers ou d’architectes, pas de personnel en charge du nettoyage, de gardes de sécurité, et j’en passe.


Le film-documentaire apporte quelques solutions pour freiner la tendance. Par exemple, les entreprises pourraient fabriquer des objets à partir de produits biodégradables, le but étant de créer des nutriments au lieu de créer des déchets. D’autres pensent que nous devrions entièrement repenser notre système économique, en réduisant notre surconsommation, et donc notre gaspillage et notre empreinte écologique.


En accord avec Serge Latouche, toutes ces réductions pourraient avoir comme effet de nous libérer du temps pour développer d’autres formes de richesse, qui ont l’avantage de ne pas s’épuiser quand on les consomme, comme l’amitié et le savoir.

Le bonheur dépend-il réellement de la consommation ? Je ne crois pas, sinon, nous serions déjà entièrement comblés.

 

Source :

Documentaire « Prêt à jeter : L’obsolescence programmée »

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Podpora tvorby spermií (mercredi, 30 mai 2012 10:37)

    will be restored soon

  • #2

    Zechariah (lundi, 23 juillet 2012 02:55)

    I was looking for something similar, I am very grateful you have shared this subject

  • #3

    renault can clip diagnostic (mercredi, 24 octobre 2012 04:31)

    Stecken Sie einen USB-Stick mit mindestens 1 MB freien Speicherplatz ein csh

  • #4

    buytadalafilonline (mercredi, 07 novembre 2012 04:35)

    I intended to draft you this bit of remark in order to say thank you once again for the pretty guidelines you've documented here. It is quite strangely open-handed of you to present unhampered precisely what a lot of people could have made available as an electronic book to generate some cash for themselves, and in particular now that you could have tried it if you decided. Those good tips likewise served as a good way to recognize that some people have a similar dream the same as my personal own to understand a whole lot more concerning this condition. I am sure there are lots of more fun periods ahead for many who take a look at your website.

  • #5

    u=37987 (dimanche, 28 avril 2013 14:53)

    This article was precisely what I was trying to find!

  • #6

    Autel MaxiDAS DS708 (vendredi, 20 décembre 2013 03:23)

    2X Wireless cordless dental curing light lamp.feng